Il est une heure,
où l’on ne sait s’il persiste une pointe de lumière,
si la nuit intense calfeutre encore les bruits éphémères.

Ces instants préservés t’apaisent et me hantent.
Une fatigue supportable et douce nous submerge.
Un état partagé, conscience de l’inconscience.
Subtile mélange de frontières estompées.

Elle se déplace dans l’ombre avec une fluidité instinctive.
Hypnotique,
en rythme.
Elle seule conforte et bouscule.
Antagoniste,
comme cette nuit d’encre que désormais rien n’immacule.

Elle touche une fois, avec les yeux.
Elle te touche une fois, pas deux.

Les mots s’entrechoquent.
Jamais pourtant ses intentions nocives
le calme revenu ma lucidité dérive.

Se laisser entraîner.
Le train de la vie
lui,
ne marque pas d’arrêt.
Je veux tout saisir, m’élancer me lancer m’agripper.
A cette chaleur enlevée, nos difficultés, ce bonheur passionné.

Destiné dessinée.
Nous ne sommes plus seuls.
Cette poussière d’étoile, déjà animée.
Un nouveau morceau,
nous allons composer.

 

4 Responses to Il est l’heure

  1. Sophie F dit :

    C’est beau. C’est de qui ? Patricia Kaas ?

  2. steph dit :

    EXCELLENT
    12… et demi .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>